Chemin de sainteté

Chemin de sainteté

Pourquoi ne pas intégrer les enseignements des autres religions à la spiritualité catholique ?

 

 

Question : Cher Père Jean, l'Eglise a enseigné clairement qu'il y a du vrai et du bon dans les autres religions, alors pourquoi est-ce un problème d'intégrer les vérités qui se trouvent dans les traditions de prière non chrétiennes dans les méthodes chrétiennes ?

 

 

 

Réponse : C'est une grande question, en particulier pour le monde d'aujourd'hui, dans lequel la tolérance religieuse est mise en avant par de nombreux groupes (mais pas par tous) comme une valeur universelle. Parfois, nous pouvons confondre ouverture et respect pour les croyants d'autres traditions religieuses, avec le péché de l'indifférence religieuse qui consiste soit à ignorer les exigences authentiques de la religion, soit à croire que toutes les religions sont égales. Cette question est également bonne car elle montre le lien entre la doctrine et la pratique. Ce que nous croyons à propos de Dieu, nous-mêmes, et le monde, affecte la façon dont nous nous comportons et les choix que nous faisons. Nous ommencerons donc pas une clarification de la doctrine, puis nous terminerons pas quelques commentaires sur le côté pratique.

 

 

Commençons par la doctrine

 

Voici ce que dit réellement le Catéchisme de " la vérité et la bonté "  qui se trouvent dans les religions non-chrétiennes (n°843) :

 

 L’Église reconnaît dans les autres religions la recherche, " encore dans les ombres et sous des images ", du Dieu inconnu mais proche puisque c’est Lui qui donne à tous vie, souffle et toutes choses et puisqu’il veut que tous les hommes soient sauvés. Ainsi, l’Église considère tout ce qui peut se trouver de bon et de vrai dans les religions " comme une préparation évangélique et comme un don de Celui qui illumine tout homme pour que, finalement, il ait la vie "

 

En d'autres termes, la nature humaine est la même pour toutes les personnes, et ainsi toutes les personnes font l'expérience, même dans ce monde déchu, d'un désir de renouer avec Dieu, de vivre en communion avec Dieu. Et c'est pourquoi toutes les personnes ressentent la difficulté, le défi, les obstacles impliqués dans cette recherche : notre nature humaine commune est tombée, et nous avons beson d'un sauveur. Ce sont des éléments communs à toutes les religions. C'est pourquoi différentes religions ont tant de choses en commun et pourquoi de nombreux aspects des religions non-chrétiennes sont en harmonie avec le christianisme.

 

Dans le paragraphe suivant, le Catéchisme fait une déclaration clarifiante (n°844) :

 

Mais dans leur comportement religieux, les hommes montrent aussi des limites et des erreurs qui défigurent en eux l’image de Dieu :

Bien souvent, trompés par le malin, ils se sont égarés dans leurs raisonnements, ils ont échangé la vérité de Dieu contre le mensonge, en servant la créature de préférence au Créateur ou bien vivant et mourant sans Dieu en ce monde, ils sont exposés à l’extrême désespoir.

 

En d'autres termes, bien que notre commune nature humaine déchue recherche universellement le chemin du retour à Dieu, cette même nature blessée crée une tendance à se perdre et à prendre des chemins dangereux et sans issue.

 

 

La différence chrétienne

 

C'est pourquoi Dieu Lui-même est intervenu. Son amour et sa miséricorde l'ont poussé à venir à notre aide, pour nous conduire sur un chemin sûr pour revenir à la communion avec Lui et au bonheur pour lequel nous avons été créés. Il l'a fait par ce qu'on appelle la Révélation : l'explication de Dieu à propos de Lui-même, du monde et de la façon dont nous pouvons atteindre le salut. La Révélation a culminé dans l'Incarnation de la deuxième Personne de la Trinité, Jésus-Christ. L'oeuvre du Christ et son enseignement diffèrent essentiellement de toutes les autres religions. C'est l'effort de Dieu pour atteindre les hommes, et non plus seulement les efforts des hommes pour atteindre Dieu.

 

 

Mise en pratique

 

En conséquence, l'enseignement et la pratique de l'Eglise Catholique sont uniques, qualitativement différents de ceux des autres religions. Jésus est notre critère, un critère sûr, par lequel nous jugeons la vérité, la bonté et l'utilité de toutes les autres doctrines et traditions. La vie spirituelle, en d'autres termes, n'est pas un buffet. Si nous choisissons les pratiques selon que nous les aimons ou non, nous n'avons aucune garantie que nous allons éviter les pièges dangereux (" les limites et les erreurs " dont parle le Catéchisme).


Par conséquent, la prière des traditions des autres religions peut être en mesure de s'harmoniser avec le christianisme, mais pour ce faire, elle doit être purifiée et convenablement greffée sur la vigne spirituelle authentique, le Christ Lui-même. Cela ne peut se passer qu'avec la direction de l'Esprit Saint à travers son instrument choisi, l'Eglise.

 

Une dernière observation. Il est souvent frustrant de trouver des Catholiques qui cherchent énergiquement et avec excitation des nouvelles pratiques spirituelles de partout, sauf dans la tradition incroyablement riche et abondante de leur propre Eglise. C'est une des raisons pour lesquelles nous avons commencé ce site, pour faire au moins un petit effort pour exposer certains de nos trésors aux catholiques modernes qui se sentent appelés à une vie spirituelle plus profonde, mais ne savent pas où trouver les outils qui peuvent les aider à répondre à ce désir.

 

 

Père Jean Bartunek

 

 

 

Source : Catholic Spiritual Direction (site en anglais sur la direction spirituelle)



05/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres