Chemin de sainteté

Chemin de sainteté

La Confession

J'entends souvent des critiques vis-à-vis de la Confession. Cela vient de notre orgueil, qui nous place au-dessus de tout, et même des commandements divins, et souhaite nous éviter l'humiliation de la Confession.

On se focalise sur le fait de devoir avouer ses péchés en oubliant l'amour divin ayant institué ce sacrement !

En effet, quand on se rend compte de tous nos péchés, parfois commis en toute conscience, comme par défi, il semble que Dieu pourrait parfaitement ne pas nous sauver. Il pourrait se dire qu'Il nous a déjà donné une chance et que nous ne méritons pas plus.

Mais au lieu de cela, Il a institué ce merveilleux sacrement d'amour afin que tous aient accès au salut, que peu importe la gravité de nos péchés, peu importe le nombre de fois que nous les commettons, nous ayons toujours la possibilité de nous réconcilier avec Lui. Il n'y a aucune limite à son amour. La seule chose qui nous est demandée, est d'accepter cette petite humiliation, bien faible quand on pense que si on ne se confesse pas, nos péchés seront révélés au monde entier au moment du jugement dernier.

Lorsqu'un petit enfant tombe, ses parents se précipitent pour le relever. Ils l'aident à se remettre sur ses jambes, à reprendre confiance et le laissent à nouveau partir. S'il retombe, ils recommencent les mêmes gestes, et cela, inlassablement. Cela ne signifie pas qu'il ne tombera plus. Il fera tout pour éviter de se retrouver à nouveau par terre, mais ne pourra peut-être pas éviter toutes les occasions de chute. Qui n'est jamais tombé même en étant adulte (cela m'arrive souvent avec les trottoirs ou les marches d'escalier) ?

Il en est de même pour la Confession. Dieu étant notre Père, c'est son moyen à Lui de nous relever, peu importe le nombre de fois que nous tombons. Et comme le Père aimant qu'Il est, plus nous nous blessons (j'entends par là, plus nous blessons notre âme), plus Il nous réconforte, nous encourage et nous soutient. Plus nous allons Le voir pour Lui avouer nos chutes, plus nous purifions notre âme. C'est alors que nous devenons adultes. Nous remarquons alors que les chutes sont moins fréquentes, moins graves, même s'il peut rester quelques moments difficiles du fait que plus on grandit, plus le monde devient dangereux (un enfant prend moins de risques alors qu'un adulte va, par exemple, en hors piste et se casse la jambe).

Dans son immense amour, le Seigneur a même voulu que si quelqu'un meurt en état de péché mortel mais avait la ferme volonté de se confesser dès qu'il le pourrait, alors son âme est sauvée.

Il faut toujours garder à l'esprit que lorsqu'on se confesse, c'est à Jésus Lui-même que nous le faisons, même s'Il passe par un prêtre. Il faut donc le faire par amour, par véritable regret, et non par peur ou par obligation.

Il arrive tout de même parfois que le prêtre soit un peu trop dur. Il faut alors bien réfléchir : est-ce que nous ne l'avions pas mérité au moins un peu ? Ou, au contraire, est-il trop pointilleux ? L'inverse est également possible, un prêtre peut être beaucoup trop laxiste. Il est alors préférable de changer de confesseur. Pas besoin de polémiquer pour rien. Par contre, il faut beaucoup prier pour le prêtre en question et se dire qu'il peut très bien convenir à d'autres.

N'hésitons donc plus à nous jeter dans les bras de Jésus ! Au contraire, recherchons ses conseils le plus souvent possible. Se confesser une fois par mois est un très bon moyen de se sanctifier. L'important est la régularité. Toutefois, la seule Confession obligatoire est celle de Pâques (en se souvenant que si on est en état de péché mortel, on ne peut pas communier, il est donc important de se confesser plus souvent).

Remercions le Seigneur pour son immense Miséricorde !


18/06/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres